Le chant des souliers rouges – Tome 3

 « Parfois des choses qui peuvent paraître totalement insignifiantes… font en fait une grande différence… c’est fou comme on peut se raccrocher à trois fois rien…« « 

Le chant des souliers rougesT3

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien, aujourd’hui on se retrouve pour parler manga. Et pas n’importe lequel puisque aujourd’hui on se consacre au 3 ème opus du : Le chant des souliers rouges écrit par Mizu Sahara, et publié par Kazé (que je remercie pour leur envoie!).

Alors que dire ? Tout simplement que la lecture fut dès plus touchantes ! Ici, nos deux protagonistes principaux ne seront pas à l’honneur (eh oui, la première de couverture est assez trompeuse !) En effet, Takara la jeune fille n’apparaît pas de manière directe, et Kimitaka quant à lui, aura ici un rôle d’intermédiaire et de soutiens auprès de ses deux camarades de classe, qui eux,  en revanche, seront propulsé au devant de la scène.

C’est Hana qui est au cœur de l’intrigue. On apprend l’origine de son mal-être, et je dois bien avouer que cela m’a énormément ému. Le sujet est apporté de manière doux et sensible, avec une jolie métaphore. (Comparer Hana à une « fleur fanée » ) Lui qui était plutôt effacé dans les tomes précédents, se dévoile, et cela est une bonne chose, car le lecteur s’attache davantage. Car, grâce à l’aide de ses amis, il prendra le courage d’affronter ses peurs et d’arrêter de fuir perpétuellement, d’ailleurs « son acte de bravoure » fut des plus touchants. Là aussi, nous avons des notions très réalistes, comme le repli sur soi-même ou le rejet de la société.

gif scansAprès Hana, c’est notre cher Tsubura qui rentre en scène. Suite à une altercation entre un jeune couple, qui ma foi, n’en a pas vraiment l’air, celui-ci découvre les premiers émois amoureux. Et ce qui va de pair avec, le manque de confiance en soi et la timidité. Mais le plus important, reste ce sentiment qu’il éprouve, qui je suis sûr, nous avons tous au moins éprouver une fois : se sentir utile à la société. Et c’est justement ici que tout se joue, tandis que le cancre de service se fait un malin plaisir à ennuyer Hana, Tsuburu lui, prendra sa défense, quitte à se blesser lui-même… Et c’est justement ce que j’apprécie avec Mizu Sahara, c’est qu’elle excelle dans l’art de la subtilité de traiter des sujets délicats et épineux. Avec tout ce naturel, cette fraternité qui lie ces trois jeunes garçons, (ainsi que les collégiens qui se retrouvent au club de flamenco) !

Pour ce qui est du graphisme, celui-ci est toujours aussi plaisant, avec des traits soignés, réfléchis et délicats, à l’image de chaque émotion, chaque situation, un coup de crayon changeant, s’adaptant au gré de chaque situation, et c’est ce que j’aime, me laisser surprendre par un dessin toujours en perpétuelle évolution !

Pour conclure, j’ai été heureuse d’en apprendre davantage sur Hana et Tsubura, d’autant plus que la première de couverture m’a totalement trompé. De ce fait, il me tarde de découvrir le 4 ème opus (à paraître le 15 novembre prochain), pour savoir si on en apprendrait un peu plus sur Takara, qui reste silencieuse depuis le début de la série. Oh et pour le petit mot de la fin, je remercie les éditions Kazé pour la petite attention du marque-page très mignon !

Publicités

7 réflexions sur “Le chant des souliers rouges – Tome 3

Laissez - si vous le désiré - un commentaire sucré !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s