Lady Mechanika – Tome 1

Lady Mechanika - Tome 1


LADY MECHANIKA – LE MYSTÈRE DU CORPS MÉCANIQUE. 


Bonjour à tous, j’espère que votre semaine se passe pour le mieux. Quant à nous on se retrouve le lendemain de ma lecture. En effet, je vous avais présenté mes suggestions lectures pour cet automne, et parmi les nombreuses oeuvres, je vous avais brièvement parlé d’un comics en particulier : Lady Mechanika, une lecture que j’avais grande hâte de commencer !

C’est chose faites puisque je n’ai absolument pas préparé cet article à l’avance, j’avais envie de pianoter sur mon ordinateur, et écrire les choses comme elles me viennent. Alors avant de rentrer dans les détails, je pense qu’il est judicieux de contextualiser le récit. On se situe dans une Angleterre Victorienne fictive, où la majeure partie de ce premier tome se situera à « Mechanika, la cité de demain » une cité qui, apparemment serait la plus moderne de tout le Commonwealth. On apprend donc que notre protagoniste est devenu malgré elle « l’icône » de cette ville, puisqu’elle porte le même nom. L’histoire commence par un chapitre prologue, qui s’est avéré fort utile au cours de ma lecture. En effet celui-ci joue parfaitement son rôle, et permet d’introduire de nombreux personnages, ainsi que les liens que ceux-ci tissent avec notre jeune demoiselle.

Notamment celui qui est à la tête de la compagnie d’armement Blackpool, (constituait pour la plupart de mercenaires, tout comme notre brunette), à savoir Nathaniel Blackpool. C’est le genre d’homme peu recommandable, préférant laisser les autres se salir les mains à sa place. Celui-ci sera d’ailleurs allié à une ancienne connaissance de Mechanika, le commandant Winter, une jeune femme a le chevelure flamboyante, plutôt tyrannique et sans retenue.

Après avoir relaté quelques gens peu louables, passons aux honnêtes gens, avec le docteur Charles Littleton, travaillant anciennement pour le compte Blackpool. Et pour terminer, on pourrait surnommer l’acolyte de la jeune demoiselle : Archibald C. Lewis.

gif Lady Mechanika - Tome 1 (2)Bien, maintenant que tout est plutôt clair (pour vous, comme pour moi) passons à l’analyse. Pour commencer, je dirai que j’ai été agréablement surprise par cet univers très riche dans son contenue. Que ce soit au niveau du contexte historique, XIX ème siècle, révolution industrielle. Mais également le côté très « British » de l’univers, des noms des protagonistes, à l’enquête sur laquelle Lady Mechanika est amené à se pencher. Je ne veux pas en révéler plus, cela gâcherait votre lecture. Mais cette affaire pourrait être la clé de toutes les réponses aux questions de la jeune demoiselle. D’autant plus que, certains personnages apparus brièvement au cours de ce premier tome, seront sûrement amenés à être développé au cours de la série.

Cette série met en avant toutes sortes de communautés, passant par la haute société (le compte Blackpool), les gens de moyenne fortune (le docteur Littleton), mais aussi les personnes rejetées de la société,  « les romanichels » n’ayant pas de véritable maison, ils sont chassés de chaque ville et de chaque pays. A contrario, ce peuple surnomme les gens qui ne sont pas de leurs sangs, les « Gadjos » ou « Gadjis ». De ce fait, j’apprécie retrouver cette mixité sociale, où se mêlent différentes cultures au sein d’une même histoire.

Pour ce qui est de Lady Meckanika, j’aime sa bravoure et son courage, tout comme son audace d’ailleurs ! Mais malgré qu’elle soit constituée de membres mécaniques, celle-ci n’en reste pas moins humaine, et c’est ce côté (en dehors de celui de mercenaire et détective) qui m’a plu. La voir affecté par cette enquête nous permet de nous rapprocher d’elle, et de nous embarquer dans son quotidien.

Pour ce qui est du graphisme, je reste béat face au travail remarquable de Joe Benitez (et je viens de me rendre compte que je n’ai même pas présenté dignement l’oeuvre en début d’article .. hum hum) donc, je disais être restée admirative face aux différents plans que l’on est amené à découvrir, bien que la plupart du contenue soit sombre, et que l’intrigue se situe essentiellement la nuit, cela n’enlève en rien les détails et les nuances de couleurs.

gif Lady Mechanika - Tome 1

Les détails apportés aux bâtisses ou, aux aéronefs sont vraiment magnifiques, il en va de même pour les vêtements d’époque, durant cette aire industrielle et ce côté très « aristocratique » !

Pour conclure, je dirais que je n’ai pas été déçu de ma lecture, c’était ceux à quoi je m’attendais, avec parfois quelques bulles, ou le protagoniste nous parle à nous, lecteur, comme si elle était consciente de narrer sa propre histoire, cela apporte un cachet à l’oeuvre, ce « petit quelque chose » en plus.

 

Publicités

2 réflexions sur “Lady Mechanika – Tome 1

Laissez - si vous le désiré - un commentaire sucré !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s