Sky Doll – Tome 1

anigif

Bonjour à tous ! En cette mi-février, j’avais envie de chroniquer un genre que je n’avais pas fait depuis longtemps. En effet, avec mon challenge concernant les romans, je me suis surprise à délaisser (à mon plus grand étonnement) la BD ! Mais bon, je ne m’inquiète pas, je suis quelqu’un qui lit au gré de ses envies, et cela reviendra certainement d’ici quelques jours.

De plus, ce qui m’a « empêché » de lire des BDs, c’est que je devais, avant tout, chroniquer celle-ci avant de pouvoir enchaîner les tomes suivants. (Effectivement, pour ne pas avoir trop de retard sur mes chroniques, je m’efforce de chroniquer le tome, avant d’entamer le suivant, ainsi, deux ou trois BD trônent dans ma PAL depuis suffisamment longtemps). Donc, vous l’aurez sans doute deviné, de par illustration, aujourd’hui nous nous intéressons à Sky Doll scénarisé et dessiné par Barbucci Alessandro (également illustrateur de la série Ekhö) et Canepa Barbara (qui est également à l’origine de End) aux éditions Soleil. 

scan skay doll 3Alors, dans cet univers, nous nous intéressons à Noa, une poupée androïde, utilisée à des buts peu glorieux. En effet, elle s’adonne à des activités de plaisir, autrement dit, elle est une fille de joie. La caractéristique de ces jeunes filles synthétiques, est qu’elles ont un cycle de vie d’une durée de 33h, passé ce délai, quelqu’un doit remettre le cycle à l’aide d’une clef. Ainsi, elles se trouvent à la merci d’un vieil homme propriétaire d’un astro-lavage nommé « Heaven ». Cependant, vous vous en doutez, notre jeune héroïne va s’aventurer dans une aventure des plus enrichissantes, puisqu’elle part à la conquête de ses origines.

 

Je dois bien avouer que pour une cinquantaine de pages, les éléments s’enchaînent donc très vite. Nous avons à peine le temps d’assimiler l’introduction, que nous passons directement à l’élément déclencheur. Bien évidemment, le tout reste compréhensible, mais nous avons donc, en tant que lecteur, une lecture frénétique. De plus, nous avons différents points de vue. En effet, ce premier tome ce concentre sur la planète Papathea, ou jadis, deux sœurs (Agape et Ludovique) régnaient en harmonie. Chacune d’elles représentait un élément essentiel, l’une le côté spirituel, l’autre le côté charnel. Je ne vous en dis pas plus, mais nous avons une grande complexité scénaristique, et il faut parfois voir un peu plus loin que le bout de son nez. J’ai vu plusieurs avis négatifs par rapport au côté « charnel » de l’histoire, et pour avoir lu le deuxième volet, je n’ai pas l’impression que cette thématique empiète sur l’intrigue principale.

Bien évidemment, côté graphique, je suis restée bouche bée. (surtout pour le deuxième tome), j’aime beaucoup les tons harmonieux, ces nuances de couleurs, le travail effectué sur les détails, tant au premier qu’au second plan. Mais j’avais déjà fait les éloges de ce dessinateur dans Ekhö, donc je ne souhaite pas m’extrapoler davantage.

J’ai passé un excellent moment durant ce tome, la fin nous pousse à nous procurer la suite, car chaque tome dévoile un morceau du puzzle, et je souhaite ardemment savoir qui est véritablement Noa, et qu’elle est son rôle dans tous ces enjeux politiques !

Publicités

Laissez - si vous le désiré - un commentaire sucré !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s