Fire Punch – Tome 6

Fire Punch - Tome 6

Bien le bonjour, aujourd’hui je vous retrouve pour une suite de série. D’ailleurs, celle-ci a maintenant sa place au sein du blog, puisqu’il s’agit du sixième opus de Fire Punch. Vous pouvez retrouver ce titre aux Éditions Kazé, et dont l’auteur n’est autre que Tatsuki Fujimoto. Pour ceux souhaitant revenir sur les tomes précédents, les voici : T1 | T2 | T3 | T4 |T5 . De plus, cette licence se terminera en 8 volumes, donc nous arrivons progressivement vers la fin de cette aventure. Et je dois dire que cet opus fut fort en sensibilité, et malgré son côté souvent « trash », ce tome marqua une certaine délicatesse.

Comme pressentit lors du dernier tome, celui-ci marqua la fin d’une ère. Nous retrouvons donc notre cher Agni en présence de Judah. La jeune femme, emprisonnée dans un arbre, implore Fire Punch de mettre fin à ses jours. Elle n’hésite d’ailleurs pas à jouer de la mort de Luna pour le pousser à bout. Cependant, avant que celui-ci puisse accomplir quoi que ce soit, l’arbre se craque en mille éclats.

Nous retrouvons alors notre duo totalement nu, et plus important, Agni ne possède plus ses fameuses flammes qui le caractérisaient temps. De son côté Judah perd la mémoire et Agni en tire parti. En effet, il n’hésitera pas à mentir pour sa propre personne, et confira à Judah qu’elle se prénomme Luna, et qu’elle n’est autre que sa sœur.

Je ne vous en dis pas plus sur la trame scénaristique. Mais cette nouvelle intrigue redonne un certain dynamisme à l’œuvre, et Agni sera perpétuellement balancé entre son cœur et sa raison. Il agira en fonction de « Luna » et cherchera son véritable soi. D’ailleurs la dernière page est lourde en significations.

De plus, de nouveaux personnages se mêlent au récit et concernant la fameuse  « sorcière des glaces », je m’attendais à ce qu’elle soit plus impliquée dans l’histoire. Même si sa présence a eu de grandes conséquences, je ne peux pas m’empêcher d’être légèrement déçue…

Pour terminer, graphiquement parlant, je trouve encore que certaines scènes d’action restent trop « brouillonnes » et j’ai toujours autant de mal à discerner les éléments. Autant les bâtiments peuvent être parfaitement bien dessinés, au point d’être tout droit sorti d’une photographie, autant les scènes de combat sont floues. Une contradiction qui peut être déstabilisante pour le lectorat.

Publicités

Laissez - si vous le désiré - un commentaire sucré !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s