Moriarty (Moriarty The Patriot) – Tome 1

 

essai 2
Bien le bonjour, j’espère que vous avez passé une agréable semaine. Pour ma part, c’est accompagnée d’une tasse de thé que je commence cette introduction. Voyez-vous, le temps est plutôt maussade, et colle parfaitement avec la vision qu’a notre protagoniste sur sa société. Mais où sont donc passé mes bonnes manières ?!

Je commence ma narration sans prendre le temps de vous présenter dignement les choses… Ah la noblesse, veuillez m’excuser. Aujourd’hui nous nous consacrons à Moriarty,  qui paraît ce jour même dans toutes bonnes librairies, dignes de ce nom. Il est scénarisé par Ryosuke Takeuchi, et nous devons le graphisme à Miyoshi Hikaru, qui n’est autre que le dessinateur de  « Psycho-pass Inspecteur Akane Tsunemori« . Vous pouvez retrouver ces deux licences aux Éditions Kana, (que je remercie encore pour leur envoi de Moriarty)

Alors, nous nous situons au cœur de l’Empire Britannique, fin du XIX ème siècle. À cette époque, le pays est régi par un système se nommant la « société des classes ». Dans cette course contre l’ascension, nous avons les élites, c’est-à-dire la classe supérieure, puis la classe moyenne, le prolétariat et enfin, le sous-prolétariat.

Ainsi, le destin Moriarty - Tome 1 (Scan 1)de chaque citoyen est tout bonnement tracé. Vous conviendrez parfaitement qu’avec un tel schéma social, les discriminations étaient de rigueur…

Et c’est justement cette injustice, flagrante aux yeux de tous, qu’horripile notre chère protagoniste, William James Moriarty.

Dans un premier temps, je fus agréablement surprise par le coup de crayon du dessinateur. En effet, celui-ci s’accorde parfaitement à l’époque victorienne, ou l’Angleterre connaît, suite à la révolution industrielle, un développement rapide mais également le chaos. Même le Chara – Design des personnages est respecté. Et je dois bien avouer avoir eu une petite pensée pour « Black Butler« , autre série culte de Kana, lors de la lecture.

Pour ce qui est du scénario, celui-ci est étonnamment bien construit, d’une part parce que le résumé au dos de la couverture est réfléchi avec soin (vous comprendrez, au cours de lecture pourquoi). Mais aussi, car pour une fois, nous nous intéressons au « mauvais rôle » celui qui possède, le plus souvent, de mauvaises intentions. Et c’est justement cela le plus séduisant.

Au fil de la lecture, nous découvrons un jeune homme tout à fait abordable, galant et qui balaie d’un revers de la mains, toutes conventions sociales. Il n’hésite pas à aider les plus démunis, et prône l’injustice de ce pays. Moriarty ne se gêne pas pour tirer profit de son statut social afin de résoudre lui-même les inégalités qui régit l’Angleterre.

Cependant, en dépit de ma « Fanatitude Sherlockienne », et bien que ce premier tome soit prometteur, j’ai quelques appréhensions sur la structure narrative. En effet, arrivés au troisième chapitre, nous avons de nombreuses similitudes avec la « façon de procédé » de notre cher professeur de mathématiques. Espérons seulement que l’arrivée de Sherlock Holmes redynamise le tout, et nous lance dans le cœur de l’histoire !

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Moriarty (Moriarty The Patriot) – Tome 1

Laissez - si vous le désiré - un commentaire sucré !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s