We Never Learn – T2

We Never Learn - Tome 2Bonjour à tous, j’espère que vous vous portez bien. On se retrouve aujourd’hui pour une suite de série. En effet, vous pouvez retrouver dès aujourd’hui dans toutes bonnes librairies le tome 2 de « We Never Learn » de Taishi Tsutsui, toujours aux éditions Kazé (que je remercie encore fortement pour leur envoi).

Si jamais vous souhaitez vous remémorer (ou découvrir) le premier tome, je vous laisse vous diriger vers ma chronique. Ce fut très plaisant de retrouver l’univers, certes très scolaire, mais avec cette pointe d’humour que j’aime tant.

Alors, dans ce second opus nous distinguons bien les différents chapitres, ou chacun se consacre sur l’une des étudiantes. Que ce soir Rizu Ogata, « la poucelina mécanique », Fumino Furuhashi « la belle au bois dormant de la littérature » ou encore Uruka Takemoto « la petite sirène d’ébène et d’argent ». Elles ont chacune leur point faible, et chacune leur caractère, ce qui permet un certain dynamisme du récit. Et le noyau central de l’intrigue est Nariyuki Yuiga.

We Never Learn - Tome 2 (Scan2)Ici, nous nous concentrons sur la notion de l’avenir, être acteur de son choix et ne pas laisser les autres influencer notre jugement. Je trouve que c’est un thème peu abordé dans le domaine scolaire. Nos protagonistes féminines souhaitent se détacher des cases dans lesquelles elles sont formatées.

Entre la génie des sciences, de la littérature et du sport, elles aspirent chacune à choisir leur propre voie, même si la matière concernée n’est pas celle dont elles excellent.

Notre jeune Yuiga quant à lui, est un excellent tuteur. Il fait preuve d’écoute, de compréhension, et n’hésite pas à encourager ses « élèves ». Il persiste à aller au coeur du problème, et de trouver une compréhension adapter à chacune d’entre elles. Et le tout, avec une bonne d’ose d’humour. C’est sûrement ce qui fait le charme de ce titre.

Cependant j’ai pu remarquer la présence (plutôt insistante) de certaines connotations ecchi. Et c’est légèrement dommage, j’aurais aimé voir autre chose. Je ne dis pas que cela m’a rebuté, c’est d’ailleurs habilement inséré dans le récit, mais l’auteur aurait pu lier notre tuteur à ses élèves d’une autre manière. Après me direz-vous, c’est la période où on apprend à se découvrir et se chercher. D’ailleurs, les premiers émois amoureux sont également abordés, et d’un angle plutôt surprenant (je pense notamment à la remarque de Swako vis-à-vis de Rizu). Bien entendu j’attends la suite avec impatience ave le troisième opus !

Publicités

Laissez - si vous le désiré - un commentaire sucré !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s